Green Talks pour les Green Drinks Paris!

Publié le par L' équipe Green Drinks Paris

Comme ont pu le constater les Green Drinkers présents à la session du 29 octobre dernier, il y a du nouveau dans le déroulement des Green Drinks Paris. 

En effet, on réserve désormais 10 minutes de chaque session (vers 20h30) pour donner l'opportunité à un acteur du DD de présenter en 5 minutes son projet, son métier, son association ou son entreprise et de répondre aux questions des Green Drinkers dans les 5 minutes qui suivent. 

Le premier à s'y être frotté (avec brio) a été Jean Philippe Mars, fondateur de Greenpoint village (
http://www.greenpoint-village.com ) un réseau de villages pilotes d’utilité publique, à la fois écologiques, humanistes et esthétiques, qui rassemble plus de 600 sympatisants, dont maintenant quelques Green Drinkers!

Ecrivez nous sur
greendrinksparis@gmail.com  si vous souhaitez vous aussi faire connaitre votre projet lors d'une prochaine session Green Drinks Paris.


Ci-après un article sur le projet Greenpoint Village, écrit par Marc Antoine Franc pour
www.croissance-verte.com 

Greenpoint Village : un nouveau réseau d'éco-villages

6bbe8820719631172089ee459ae023f7.jpg

 

Le résidentiel tertiaire et les transports sont 2 secteurs qui peinent à stopper la hausse de leurs émissions de CO2 y compris dans les pays développés (rappel des chiffres). Afin de repenser le modèle urbain et faire face à ces défis écologiques, de nombreux concepts de « villes vertes » se développent ainsi depuis quelques années. Bedzed (Beddington Zero Energy Development) en banlieue sud de Londres appartient aux premiers éco-villages conçus sans recours aux énergies fossiles et sans rejet de CO2. Il sert d’exemple à la Chine qui travaille sur la conception d’une ville écologique Dongtan, prévue pour 2010 et qui devra elle aussi servir de modèle (on l’espère) aux 400 nouvelles villes dont le pays devra se doter d’ici 2020 pour accueillir une population urbaine grandissante. Un certain nombre de villes italiennes font également le pari d’une économie propre avec une dimension sociale de premier plan.
En France, grâce au Grenelle, des mesures ambitieuses seront prises pour moderniser le bâtiment et la ville. Ce qui n’empêche pas certaines initiatives de voir le jour pour la promotion d’éco-villages. Jean-Philippe Mars, que nous avons rencontré au dernier Greendrinks, est fondateur du Greenpoint Village et nous présente son projet de création d’un grand réseau de villages humanistes et écologiques :

cb925e28aac35f7507d333fa6eef4eda.jpgPouvez-vous vous présenter et nous décrire votre parcours ?
 
Mon parcours est assez atypique, ce qui explique peut-être mon projet lui aussi atypique… J’ai travaillé dans la banque, j’ai enseigné les maths et le français avant de me reconvertir dans la presse. Et aujourd’hui, je termine une formation en médecines douces.
 
En quoi consiste votre projet ?
 
L’idée peut paraître un peu folle, un peu utopique, mais elle est loin d’être irréaliste. Il s’agit de repenser la ville, de réinventer la ville, en créant un réseau de modèles municipaux, de villages pilotes d’utilité publique, qui soient à la fois écologiques, humanistes et esthétiques. L’objectif est de démontrer que l’on peut vivre l’écologie au quotidien sans bouleverser son mode vie ni être un extraterrestre...
 
Quelles sont vos principales motivations et celles de vos futurs habitants ?
Les quelque 600 sympathisants et, j’espère, futurs résidants des villages Green Point sont vraiment conscients des limites du progrès, des limites de notre société. Nous voulons créer un nouveau modèle socio-économique, plus en conformité avec les lois de la Vie, pour le bien-être de tous. 

Quelles sont les étapes majeures de ce projet  ?
Choix d'une terre, constructions de bâtiments, déploiement des infrastructures, installation des commerces, charte de vie, sont des étapes importantes, voire majeures. Mais peut-être la plus importante aujourd’hui est l’acquisition et le financement d’un terrain. Ce à quoi s’emploie l’équipe fondatrice. 

Vous êtes-vous fixé des objectifs en termes de délais ?
Je pense que l’on peut raisonnablement envisager l’acquisition de la terre et le début des travaux, du moins en ce qui concerne la construction du bâtiment témoin, au cours de l’année 2008.  

Faites-vous appel à des partenaires industriels pour les constructions ? financiers pour les investissements ?
Nous ferons bien évidemment appel à des professionnels de l’éco-construction capables de construire des bâtiments bioclimatiques à énergie positive. Pour le financement, le mécénat et l’implication personnelle joueront un rôle déterminant. 

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez au cours de ce projet ?
Nous n’avons pas rencontré de difficultés majeures jusqu’à présent et n’avons pas l’intention d’en rencontrer ! Si malgré tout, elles devaient se présenter, l’optimisme, l’opiniâtreté et le bon sens devraient en venir à bout. Si la foi aide à déplacer les montagnes, elle devrait aider à créer ce réseau… 

Quelles seront les prochaines étapes une fois le village construit et habité ?
Construire et habiter ces villages sont en effet les premières étapes de ce projet. Mais il faudra ensuite les gérer comme une entreprise, les faire perdurer et les reproduire, pour que les « petits points verts » que seront les villages du réseau constituent un premier pas vers une planète « verte » !

Commenter cet article